Les humeurs de Mélodie

Chroniques diverses d'une Québécoise en Angleterre revenue au Québec et vivant à Aylmer.

30 juin 2011

Mariage écossais

Au cours de nos deux années en Angleterre, GG et moi avons rencontré un couple d'Écossais avec qui on s'est liés d'amitié. Avec eux, on pouvait parler de notre amour pour leur pays et on se sentait un peu plus proches de l'Écosse. Et grâce à eux, on a eu la chance d'assister à un ceilidh le 31 décembre 2007 et on a même eu l'honneur d'être invités à leur mariage l'été dernier. C'était l'occasion parfaite pour visiter nos copains, assister à un mariage traditionnel et mettre les pieds au pays...

Nos amis N. et W. sont des Écossais pure laine très fiers de leur culture et de leurs particularités (ça ressemble aux Québécois, non?), alors il était évident que ça ferait grandement partie de leur mariage: le tout a eu lieu dans le comté de Fife, à East Coates Farm, la ferme des parents du marié; toutes les fleurs du mariage étaient des fleurs locales choisies et plantées par la mariée et sa famille avec une fleuriste du coin; l'apéro était un vin mousseux local, soit aux petits fruits, soit au sureau; les trois services étaient tout à fait écossais (j'y reviendrai); les gâteaux de mariage avaient été faits par la mariée et sa mère; les cadeaux-d'assiette étaient des savons locaux, etc. Ce fut un mariage extrêmement personnel et intime, mais aussi super amusant. J'espère que ce fut magique pour eux, car ce le fut pour nous!

La cérémonie en tant que telle était pour la famille seulement. Les fiancés, accompagnés de leur famille proche, ont été mariés dans la maison familiale du marié par une juge de la paix, je pense.

Ici, c'est East Coates Farm. C'est dans la bibliothèque au rez-de-chaussée, où la grosse fenêtre en baie, que la cérémonie a eu lieu.

Mariage 042

Pendant ce temps, les invités pouvaient se promener à l'extérieur et admirer cette vue:

Mariage 005

Ou ils pouvaient prendre un verre de mousseux au sureau dans la grange qui avait été lavée à fond et exterminée de ses pigeons. On avait aussi astiqué les tracteurs pour en faire des accessoires photo et on avait monté une tente sous laquelle la soirée aurait lieu.

Mariage 004

Ici, on voit la table d'honneur au fond et notre table avec les fleurs locales, les galettes d'avoine et nos place-noms fabriqués avec des pièces de Scrabble.

Mariage 003

Puis, vint l'arrivée des nouveaux mariés précédée par celle du piper (cornemuseur). Mes photos ne sont vraiment pas extraordinaires, mais ça vous donne une idée. 

Mariage 007

Il y avait beaucoup de kilts! La mariée était superbe en robe vintage avec des touches colorées qui s'agençaient au tartan de son mari.

Mariage 010

Ensuite, ce fut le temps de manger. Comme entrée, des galettes d'avoine et des pâtés faits avec de la viande locale ou des champignons servis avec du chutney.

Mariage 025

Le plat principal: un méchoui de porc! On se croirait au Québec.

Mariage 031

Avec le porc, un tas de salades différentes. Le dessert, que je n'ai pas en photo, était des petits fruits de saison (locaux, of course) servis avec de la crème fraîche.

Mariage 033

Plus tard en soirée, il y a eu les gâteaux de mariage, qui étaient des petits cupcakes et des gâteaux aux fruits, faits par la mariée et sa mère!

Mariage 049 - Copy

Après s'être empiffrés, il était temps de danser! Ici, pas de DJ! Un groupe de musique traditionnelle avec un caller, un meneur de danse. Évidemment, les Écossais savaient quoi faire dès qu'ils entendaient les premières notes, mais le meneur était très utile pour nous, pôvs étrangers. [Ici, voyez le père du marié en pantalons écossais (comme dans Tintin et L'Île noire). Et si vous êtes observateurs, vous voyez que les couleurs du père du marié et celles du marié et de son frère -qu'on a vus plus tôt sur la photo de leur arrivée- sont différentes. Selon mon ami, sa famille n'avait pas de réel tartan, ou bien il a été perdu, alors quand ça arrive, les Écossais prennent les couleurs qui leur chantent. Et toujours d'après lui, ça arrive souvent.] 

Mariage 037

Ici, à droite, oui, c'est bien moi avec un ami. C'était trop amusant!

Mariage 057

 Un petit aperçu de la musique et des kilts qui virevoltent.

Une soirée mémorable entre amis qui restera à jamais gravée dans nos souvenirs.

Mariage 019

Posté par melodie1974 à 09:05 - Chroniques écossaises - Commentaires [6] - Permalien [#]

18 juin 2011

Coups de coeur écossais

Au printemps 2005, GG et moi avons planifié notre premier voyage ensemble. Moi, je voulais aller en Irlande, pays de mes ancêtres, et GG était partant, mais il voulait d'abord arrêter à Londres pour rendre visite à professeur Toutou. J'acceptai de bon coeur d'aller à Londres et offris à GG d'aller plutôt en Écosse, histoire de rester sur le "continent" et de garder la même monnaie. Bonne décision.

L'Écosse, c'est exactement comme vous l'imaginez, comme vous l'avez vu dans les films et comme vous l'avez lu. Et c'est même plus. GG et moi avons parcouru bon nombre de pays européens et avons eu tout plein de coups de coeur (Cracovie, la Scandinavie, la Sicile), mais notre coeur restera toujours en Écosse.

Au cours des prochaines semaines, j'essaierai d'écrire quelques billets relatant notre séjour de deux semaines dans ce magnifique pays, mais pour vous mettre en appétit, je vous montre quelques photos de mes coups de coeur. Soyez indulgents avec la qualité. Je n'avais pas d'appareil numérique à l'époque, alors ce que vous voyez a été numérisé.

Glencoe - Pour se rendre à l'Isle of Skye, on passe par Glencoe. C'est des paysages lunaires. C'est magnifique et plutôt isolé.

vers_Skye

Les moutons - Il y a plus de moutons que d'habitants, en Écosse. 

Moutons4

L'Isle of Skye - Superbe. Bonne bouffe, bonnes gens, bon temps.

Passing_Place

Killin - Il n'y a rien à faire, mais c'est super beau. Vous voyez même Cryss, sur le pont!

Killin_3

La tombe de Rob Roy - Le plus intéressant, c'est le trajet qu'il faut prendre pour s'y rendre. C'est très reculé et on pense être perdu, jusqu'à ce qu'on y arrive.

Rob_Roy___tombe

Notre condo du Loch Lomond - Point central génial d'où nous avons pu visiter Glasgow, Édimbourg, Killin, Stirling, etc.

Loch_Lomond___Condo

Le cream tea du Coach House à Luss - À quelques kilomètres de notre condo. Je ne peux pas compter le nombre de fois qu'on y est allés...

No_l_228

Le château de Dunnotar - Ai-je besoin d'en dire plus ?

Dunnotar_Castle

Ce billet fait partie de notre mois C'est Kiltissime, où on ne parle que d'Écosse! Voyages, littératures, bouffe, etc.

Posté par melodie1974 à 19:09 - Chroniques écossaises - Commentaires [11] - Permalien [#]

31 mars 2011

Visite en Émilie-Romagne

La région de l'Émilie-Romagne est riche côté nourriture. Dans un rayon de quelques kilomètres, on retrouve le berceau du "vrai" prosciutto (Parme), du "vrai" parmesan (Reggio) et du "vrai" vinaigre balsamique (Modène). Si on a beaucoup de sous, on peut s'inscrire à un tour organisé d'une journée qui nous trimballera de maison de fabrication en maison de fabrication où on en apprendra plus sur les méthodes et où on nous nourrira sûrement très bien.

Si on a moins de sous, on prend sa voiture, on se déplace seuls et on prend pour vérités les livres dans lesquels c'est écrit: "Bla-bla-bla la région regorge de petites maisons de fabrication artisanales. Si vous voyez une affiche brune d'agrotourisme, vous pouvez aller cogner à la porte et demander à faire une visite bla-bla-bla". Eh bien, c'est ce qu'on a fait pour le prosciutto. Dans un rang perdu près de Langhirano, on a vu les fameuses affiches brunes. On a donc choisi une maison et on est allés sonner. Après quelques minutes, un homme est venu nous ouvrir. C'était Massimo, le propriétaire. Il était bien gentil, mais ne parlait qu'italien. Avec un mélange de français, d'anglais et d'espagnol, on a réussi à lui dire qu'on voulait visiter et en apprendre plus sur la production de prosciutto. Il a trouvé très bizarre qu'on arrive seuls, comme deux cheveux sur sa soupe, mais il a accepté de nous faire faire une visite éclair pendant laquelle on a vu des jambons qui étaient en train de se faire saler et la caverne d'Ali Baba, où il y avait des milliers de jambons suspendus. Certains seront là pendant plus d'un an.

Italie___Toscane_036

[GG et Massimo. L'un est fier de lui, l'autre se demande ce qui se passe ici]

Massimo doit avoir bien ri en entrant chez lui ce soir-là... GG et moi nous remémorons cette aventure avec humour, mais disons qu'on n'a pas essayé la même chose pour le parmesan ni pour le vinaigre. On a plutôt décidé d'aller dans de petites épiceries et de parler aux gens derrière les comptoirs, qui était super gentils et tout aussi connaisseurs. On a goûté à un tas de parmesan (et on a vu les roues... Seigneur! C'est gros comme un pneu.) Saviez-vous que la croûte du parmesan se mange? Ce n'est pas un genre de cire, comme je l'ai longtemps pensé, mais que la croûte du fromage qui s'est solidifiée en vieillissant. On a aussi étudié les différents vinaigres balsamiques avant d'en acheter un à 27,50 euros... Oui, c'est cher, mais il m'en reste encore un peu (achat septembre 2008). Ce vinaigre, épais, sirupeux et sucré, est utilisé cru et seul. On ne le fait pas chauffer. On se fait une assiette de copeaux de parmesan et de prosciutto ou de mozzarella fraîche et de prosciutto, avec peut-être quelques pêches mûres en quartier, et on verse quelques gouttes dessus. Un délice.

Italie___Toscane_076

[GG avec son jambon. Je ne sais pas s'il le mange, le renifle ou l'embrasse...]

 

Une journée dans la région de Reggio et de Parme, ça ressemble donc à ça: on se promène, on visite, on mange et on boit. Les Italiens savent vraiment profiter de la vie...

 Italie___Toscane_039

[Parme]

DCP_0690

[Parme]

Italie___Toscane_042

[Une soeur bleue!]

 

Bien sûr, visiter, ça donne soif, donc il faut s'arrêter pour l'apéro ici et là. Passé 16h, l'expresso, on ne prend plus ça. On prend du vin. Vous pouvez toujours commander une boisson gazeuse ou de l'eau, mais sachez que ça vous en coûtera au moins le double. Ce qui est génial en Italie (presque partout sauf dans les grandes villes touristiques), c'est que si on commande un verre de vin ou une bière vers la fin de la journée, entre 16h et 19h, disons, on nous apporte toujours (gratuitement) quelque chose à grignoter: noix, croustilles, olives, petites bruschettas, etc. Ce n'est jamais les meilleurs hors-d'oeuvre au monde, mais ça bouche un coin et tout ce qui est gratuit, on aime!

Italie___Toscane_054

[fin de journée à Parme]

 

Je n'ai pas d'adresses à recommander en région, mais si les tours gastronomiques vous tentent, les chers comme les moins chers, il y a beaucoup d'information sur le site de TripAdvisor.

Posté par melodie1974 à 10:04 - Chroniques italiennes - Commentaires [3] - Permalien [#]

09 mars 2011

Les aléas des pigistes et un (autre) blogue!

117

[Bureau de la pigiste]

 

La semaine dernière, mes collègues et moi avons reçu une lettre de notre employeur. Un ultimatum. L'entreprise, pour épargner des sous et trouver de nouveaux clients, a décidé de réduire les salaires. D'environ 50%. On a le choix d'accepter ou non cette offre mais, bien sûr, un refus de notre part signifie qu'on sera mis au bas de la liste des pigistes. Les gens qui auront accepté l'offre auront la priorité. En gros, ce travail qui me permettait très bien de boucler mes fins de mois me permettra maintenant à peine d'aller souper au restaurant. En fait, j'exagère un peu. Je ne sais pas encore de quoi aura l'air un mois "normal" à partir du 1er avril. Mais j'ai refusé l'offre de mon employeur, alors je ne m'attends pas à recevoir beaucoup de contrats.

Étrangement, je suis assez zen. Même si je déplore ces pratiques, je ne peux pas en vouloir à l'entreprise. Une entreprise internationale est là pour faire de l'argent et elle ne doit rien à ses pigistes. Les cadres ne nous connaissent pas et se fichent sûrement de nos objections. De plus, en choisissant d'être pigiste, je savais que ce dénouement pouvait être une possibilité. C'est le plus gros désavantage d'un tel emploi. Mais les avantages m'ont bien servie au cours des dernières années, surtout en me donnant la possibilité de suivre mon GG en Angleterre pendant deux ans, car je pouvais travailler de là-bas grâce à la magie d'Internet.

Même si ce genre de nouvelle engendre une pression assez élevée, j'ai la chance d'avoir quelques économies qui me permettront de vivre pendant les prochains mois au cours desquels je chercherai un nouvel emploi intéressant. J'espère que ce triste événement ouvrira un éventail de nouvelles possibilités. Oui, c'est stressant, mais c'est aussi un peu grisant, toute cette liberté.

Pour ne pas perdre de temps ni perdre mon temps, je me suis fabriqué un programme quotidien assez détaillé. Mes journées se diviseront en diverses sections: recherche d'emploi, formation continue personnelle, niaisage et écriture. Pour ne pas perdre la main, j'ai décidé d'essayer de mettre mes blogues à jour plus régulièrement pour me forcer à écrire un peu tous les jours.  

Ceci m'amène donc à vous parler de mon "nouveau" blogue, qui n'est pas si nouveau que ça. Pendant plusieurs années, j'ai participé à un forum consacré à la littérature pour lequel j'ai écrit des centaines de critiques et résumés de livres. Grâce à ce forum, j'ai fait des découvertes littéraires merveilleuses, j'ai rencontré des gens intéressants (Allie, Isa, salut!) et j'ai été ravie d'apprendre que la lecture, qui est habituellement une activité solitaire, pouvait être si rassembleuse. Je ne fais plus partie de ce forum depuis quelque temps, car le temps me manquait pour bien participer, mais j'ai décidé de reprendre mes vieilles critiques et de les coller dans un blogue littéraire que je mettrai à jour régulièrement. Je sais que beaucoup d'entre vous aiment lire, alors j'espère qu'on pourra échanger sur nos lectures du moment.

Voici l'adresse de ce nouveau blogue: http://leslivresdemelodie.wordpress.com/

J'ai décidé d'utiliser un nouveau format, alors il y aura sûrement des modifications à faire au fil des jours, et j'espère que vous serez patients avec moi. Aussi, certaines critiques qui apparaîtront datent de plusieurs années, alors allez donc savoir ce qui sortira des boules à mites! Soyez indulgents, car il y aura sûrement des énormités (ça me fait penser à relire un journal intime 10 ans plus tard). J'essaierai quand même de les fignoler un peu, d'ajouter des informations et de corriger mes fautes!

J'espère avoir le plaisir de vous lire!

Blogue littérature : http://leslivresdemelodie.wordpress.com/

Blogue du quotidien grandement centré sur les voyages : http://humeursdemelodie.canalblog.com/

Blogue bouffe : http://chaudronsdemelo.canalblog.com/

 

Posté par melodie1974 à 20:58 - De tout et de rien - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 mars 2011

Bienvenue à Bologne

Histoire de profiter de notre voyage au maximum et de découvrir de nouveaux endroits, nous avons décidé de passer trois jours dans la région de Bologne, en Émilie-Romagne, et ce fut une bonne décision. Nettement moins touristique que ses voisines Venise et Florence, Bologne est une ville universitaire vivante où il fait bon manger... comme on le voit sur cette photo de GG, heureux de déguster ses premières "vraies" pâtes bolognaises:

Italie___Toscane_030

 

À part manger, on a arpenté Bologne de long en large. La ville, en briques rouges, est magnifique. Les gens sont calmes, et on est loin du chaos italien qui règne passé Rome. Le lundi, on peut presque dire que c'est une ville morte, car presque tout est fermé.

Italie___Toscane_068

 

Partout en ville, il y a des fontaines, et tout le monde vous le dira (habitants, hôteliers, office de tourisme), c'est la meilleure eau en ville. N'hésitez pas à remplir vos bouteilles. (Oui, le bord a l'air suspect, mais l'eau qui sort du monsieur est bonne.)

Italie___Toscane_058

 

Bien sûr, à Bologne, il faut aller visiter la torre Asinelli, d'où on a la plus belle vue qui soit. On commence par se rendre à la tour.

DCP_0709_2

Puis, on monte plus de 500 marches (heureusement qu'on a rempli notre bouteille d'eau à la fontaine plus tôt), on arrive en haut et on se fait photographier par notre chum qui, soyons francs, ne cherchait qu'une excuse pour prendre le jeune couple en photo.

DCP_0718_2

Ensuite, on regarde les beaux paysages. La ville semble encore plus rouge de haut.

Italie___Toscane_063

Et là, on prend un drôle d'angle qui nous donne tout à coup le tournis. C'est le temps de redescendre.

Italie___Toscane_067

 

Après tant d'émotions, on retourne à l'hôtel faire la sieste, pour ressortir plus tard, quand la chaleur oppressante sera passée et que les gens auront déserté les rues. Comme à Venise, Bologne se vide énormément le soir. C'est une ville universitaire, alors vous y trouverez beaucoup de jeunes gens, mais vous aurez quand même les rues à vous.

Italie___Toscane_033

 

Mes adresses chouchou:

L'hôtel Imperial: Quand GG m'a dit qu'on allait rester à l'hôtel Imperial, j'ai été déçue. Oui, l'hôtel avait l'air bien, mais il était à 25 minutes de bus du centre-ville. Pas génial pour s'imprégner d'une ville. Mais j'avais tort. L'hôtel était peut-être loin du centre, dans une banlieue perdue où il n'y a rien à faire, mais c'était super bien. Il était presque neuf, les chambres étaient grandes et propres, le petit-déjeuner, inclus, était très bon et enfin, le bus 25 venait directement à l'hôtel. Pour 1 euro (billet à la réception), on pouvait se rendre en ville.

La Sorbetteria Castiglione: On a mangé d'excellents gelatos à Rome, mais Bologne ne donne pas sa place, surtout ici. Les gens y sont super gentils et vous font goûter à tout si vous le demandez. On a visité l'endroit quelques fois...

A.F. Tamburini: une petite épicerie fine/petit resto où on peut acheter tout le nécessaire (jambon, fromage, salades préparées, etc.) pour se faire un délicieux pique-nique de fortune.

Italie___Toscane_075

 

Posté par melodie1974 à 09:25 - Chroniques italiennes - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 mars 2011

Les deux faces de Venise

Voir Venise et mourir? Peut-être pas tant que ça, mais Venise a quand même beaucoup pour plaire. C'est beau, c'est historique, il y a des choses à voir et à faire. C'est vraiment comme dans les films. Mais Venise a aussi deux visages. Le jour, c'est une des villes les plus touristiques d'Europe. Dur de trouver un coin tranquille, même hors saison. Mais le soir, elle se vide et devient encore plus attrayante, peut-être même un peu terrifiante. Si vous passez par Venise, profitez de ses deux côtés.

LE JOUR, on fait comme les autres touristes. On va voir les lieux principaux, comme la cathédrale Saint-Marc et le palais des Doges. Trois mois après notre passage, Venise a été inondée. Vous pouvez voir des photos de la place Saint-Marc, pratiquement où GG se tient, sur le site du Boston Globe, ici. C'est quelque chose.

Italie___Toscane_023

 

Ah, les gondoles. C'est beau et romantique, mais c'est cher! On a plutôt opté pour les vaporetti, les bus aquatiques, mais si vous voulez faire un tour de gondole, il y a un moyen de faire diminuer le prix. Il y a plusieurs années, je suis allée à Venise avec une amie. Pour un tour de gondole, c'était 100 US. On a trouvé de jeunes touristes américains qui étaient prêts à partager les coûts et à 5 personnes, ça revenait à 20$ par personne. Pas mal pour un tour qui durait presque une heure. N'hésiterz pas à aborder les autres touristes.

Italie___Toscane_021

Italie___Toscane_012

 

Avec les vaporetti, on peut aller sur les différentes îles autour de Venise. Comme c'était le festival des films, on a décidé d'aller au Lido, un coin assez tranquille malgré le festival. Me voici, près du tapis rouge. C'est mes 15 minutes de gloire.

Italie___Toscane_016

 

J'ai une relation amour-haine avec la bouffe de Venise. En 1998, j'y avais mangé les meilleurs gnocchis au gorgonzola de ma vie. Plus de 10 ans plus tard, je m'en souviens encore. Cette fois, avec GG, j'ai mangé une des pires pizzas de ma vie. Ce qui ne rate jamais, par contre, c'est acheter des produits frais à l'épicerie ou au marché et se faire son propre pique-nique dans un coin isolé.

Italie___Toscane_026

 

LE SOIR, Venise se vide. C'est fou. À part quelques jeunes gens ici et là, pas une âme. Au tournant d'une ruelle, les lieux ont parfois l'air lugubres, et on pense qu'on est perdus. C'est toutefois une pause bienvenue dans cette ville qui est hyper animée le jour. Faites une bonne sieste le jour pour profitez de Venise le soir.

Italie___Toscane_004

Italie___Toscane_009

Italie___Toscane_007

 

  • Notre hôtel à Venise était l'hôtel Hesperia. Je n'ai rien à redire. Côté qualité-prix, c'était tout à fait décent et situé assez près de la gare pour y aller à pied (environ 5-10 minutes, gros max). Le petit-déjeuner était inclus, et on pouvait acheter des billets de transport en commun à la réception.

Posté par melodie1974 à 17:39 - Chroniques italiennes - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 février 2011

La vallée des Temples - Sicile

Malgré toute la misère du monde qu'on a eue à se retrouver à Agrigento, le déplacement en a valu la chandelle, car le lendemain, on s'est dirigés vers un site qu'on voulait absolument voir: la vallée des Temples. Cet endroit, le nom le dit, est une vallée avec des temples. De très vieux temples dont certains sont assez bien conservés pour leur âge. Encore une fois, le bonheur du voyage hors saison, c'est que sans être les seuls dans le coin, on était très peu. Un autobus d'élèves du primaire, quelques touristes perdus, comme nous. La joie.

Voici quelques photos de la vallée des Temples.

143___Vall_e_des_temples___Sicile

146___Vall_e_des_temples___Sicile

DCP_0440

[La fille est heureuse d'être là]

174___Vall_e_des_temples___Sicile

[Où est GG? Assis à l'ombre d'un olivier. Pourquoi? Personne ne le sait]

171___Vall_e_des_temples___Sicile

[Les douze travaux de GG]

168___Vall_e_des_temples___Sicile

[Question de perspective]

169___Vall_e_des_temples___Sicile

 [De plus près]

 

Ceci conclut notre virée en Sicile. Un vrai coup de coeur. Si j'avais tout l'argent du monde, j'y achèterais une maison de campagne. L'histoire, la nourriture, le calme relatif et l'isolement de ce coin de l'Italie, c'est pour moi.

Ce qu'on a aimé:

  • La semaine de la culture, car tous les sites historiques et touristiques sont gratuits. Ça vaut la peine de planifier son voyage en Sicile autour de ces dates-là.
  • Les villes fantômes sur l'heure du midi.
  • Les citrons, énormes et presque sucrés.
  • Les oranges sanguines.
  • Les expressos à 50 cents.
  • La bouffe en général.
  • Les ruines.
  • Le chaos.

Ce qu'on a moins aimé:

  • Les klaxons et la circulation dans les grandes villes. Un conseil si vous y allez: assurez-vous d'avoir un GPS! Vous gagnerez du temps et votre pression vous remerciera.

 

Posté par melodie1974 à 10:57 - Chroniques italiennes - Commentaires [0] - Permalien [#]


Fin »