Les humeurs de Mélodie

Chroniques diverses d'une Québécoise en Angleterre revenue au Québec et vivant à Aylmer.

30 octobre 2006

En s'en allant à Wexford

Wexford_5Ce matin, papounet et moi avons pris l'autobus pour nous rendre à Wexford, vrai "barceau" de nos ancêtres. En effet, les S. seraient partis de là dans les années 1700. Il faisait beau, et nous étions bien emballés par le trajet d'autobus dans la campagne irlandaise qui nous ferait parcourir les quelque 200 km qui nous séparaient de Wexford. Malheureusement, il n'y avait pas grand-chose à voir. Pas de grandes plaines vertes avec des tits moutons, pas de jolis villages pittoresques et beaucoup de fils électriques. Dommage.


Wexford___Siskard_Abbey_2 Cependant, en arrivant à Wexford, nous avons bien aimé la ville au premier coup d'oeil. Elle est très coquette, a une magnifique promenade le long de l'eau et il y a plein de chouettes petits magasins. Et puis, il y a l'attraction principale de la place : l'abbaye Selskar, construite aux alentours de 1190, qui est réputée pour sa pierre rose. J'avais bien hâte d'aller me promener dans son vieux cimetière, histoire de fouiner pour voir s'il n'y aurait pas une vieille pierre tombale au nom de S., mais à cause de l'averse de la veille, ils avaient fermé à clé les terrains et n'ont pas voulu les ouvrir, même si je leur ai fait des beaux yeux, leur expliquant que je venais de loin et que mes ancêtres étaient enterrés là-dedans, bordel! Pfft ! Pas surprenant que les S. soient partis de là! Bon, j'exagère un peu, mais c'est un peu dommage et décevant, car j'avais attendu longtemps cette visite.

Avec la fin de l'après-midi qui approchait, nous avons décidé de prendre le train pour retourner à Dublin. Comme la noirceur tombait, nous n'avons pas pu admirer les paysages, mais nous avons pu nous étirer à souhait. Verdict final de cette journée à Wexford : C'est difficile à admettre, car j'avais de si hautes attentes, mais j'ai été un peu déçue. Peut-être que mon impression aurait été différente si on avait été au beau milieu de l'été, que la promenade avait été bruyante de gens et que l'abbaye avait été ouverte, mais pour l'instant, même si je heureuse d'y être allée, je suis encore plus heureuse que les S. aient décidé de partir pour le Nouveau-Monde! Sans rancune, Wexford!

Posté par melodie1974 à 11:57 - Chroniques irlandaises - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire