Les humeurs de Mélodie

Chroniques diverses d'une Québécoise en Angleterre revenue au Québec et vivant à Aylmer.

24 février 2007

Madrid - Buenos días

Globe-trotters dans l'âme, l'heure de notre prochain périple était enfin arrivée. Le 15 février en soirée, nous sommes partis à Madrid où nous passerions cinq jours. Pourquoi Madrid? Encore une fois, le prix des billets d'avion a un peu provoqué notre décision (pas chers, pas chers), mais nous pensions aussi que l'Espagne serait une bonne destination "soleil". On espérait bien laisser derrière nous les jours pluvieux anglais. Il fait chaud en Espagne, non? Oui... Mais Madrid étant située sur une plaine au beau milieu de la péninsule ibérique, ses hivers sont plutôt rigoureux. Pour l'Espagne, bien entendu. Nos espoirs de parcourir la ville vêtus en été ont donc été vains, et c'est plutôt avec un bon imper et de gros chandails que nous avons arpenté la ville.

Et de l'arpentage, il y en a eu! La ville est absolument grandiose et immense, avec une superficie d'environ 607 km2 (La superficie de Montréal est d'environ 186 km2). Ce fut le premier choc, car j'avais souvent entendu dire que Madrid était un peu la petite soeur de Barcelone, une ville qu'on pouvait outrepasser sans vraiment rien manquer, une ville plutôt terne où on n'y passe que deux jours. Comme j'aime bien encourager les équipes qui ne mènent pas, j'espérais beaucoup que Madrid m'éblouisse, ce qui me permettrait de dire aux gens que moi, je l'aimais bien la ville. Honnêtement, je n'ai peut-être pas été éblouie, mais j'ai rarement été plus impressionnée. La ville est colossale et son architecture est gigantesque. Tous les bâtiments sont hauts et énormes. Les rues sont longues et larges (souvent 4 voies). Le métro est absolument hallucinant (13 lignes, et c'est sans compter les trains de banlieue). Côté tape-à-l'oeil, c'était très bien parti.

Pour commencer, nous avons visité le Madrid des Bourbons, un quartier où l'on retrouve encore "de grosses affaires". Notre premier arrêt fut le Parque del Retiro, un espace de verdure de plus de 100 ha en plein milieu du centre-ville où on y retrouve multiples bâtiments et statues, même un lac artificiel où nous pouvons louer des chaloupes.

[Monument à Alphonse XII bordant le lac du Parque del Retiro]
Parque_del_Retiro
Puis nous avons continué notre route et sommes allés saluer Christophe, Colomb de son p'tit nom, pour le féliciter de ses belles découvertes. La rencontre n'a pas été trop longue donc nous avons eu le temps d'aller flâner à la bibliothèque nationale où on y présentait une exposition intitulée
España en el Mediterráneo. Heureusement qu'elle était gratuite, car elle n'était qu'en espagnole. On pouvait en comprendre des brides, mais celles qu'on perdait étaient frustrantes. J'ai beaucoup plus apprécié la BD à colorier de Don Quichotte que j'ai trouvée dans le coin réservé aux enfants. Comme je suis encore enfant dans l'âme, j'en ai pris une copie (je pense qu'elles étaient gratuites... Il n'y avait pas de prix et il y en avait des piles). Pendant que GG lira l'original de Cervantes, moi, je lirai ma BD. Si je suis vraiment motivée, peut-être bien que je la colorierai.

En plus du Madrid des Bourbons, nous avons aussi bien sûr visité le vieux Madrid, là où tout a commencé en l'an 156. Ce quartier est lui aussi très impressionnant. Nous y retrouvons le palacio real, construit en 1734, là où les rois et reines d'Espagne habitèrent jusqu'en 1931. Aujourd'hui, la famille royale habite hors de Madrid, mais le palacio real est encore utilisé lors de réceptions officielles:Palacio_Real_2

Mais ce quartier, malgré son histoire importante et ses édifices immenses, offre aussi un sentiment de p'tit coin. C'est un endroit où on se sent à l'aise, où on y joue de la musique, où les maisons et les plazas sont plus colorées les unes que les autres. L'une d'entre elle, la plaza Mayor, est probablement la plus impressionnante. Inaugurée en 1620, elles est parfaitement carrée et les bâtiments qui la ceindrent sont magnifiques. On ne peut que rêver d'y posséder un de ces appartements à la façade multicolore. De plus, on ne peut qu'aimer un endroit qui sait reconnaître le talent et qui loue des DVD de C.R.A.Z.Y.!

CPlaza_Mayor_5

[plaza Mayor]

En parcourant ce quartier, nous sommes aussi aller fouiner à l'énorme marché aux puces, El Rastro, qui se tient chaque dimanche. Ce marché a été fondé au Moyen Âge et est toujours aussi populaire, sinon plus. Le nombre de personnes (des touristes, mais surtout des Madrilènes) qui s'y baladent est dépaysant. Le marché se tient principalement sur une grande rue (la calle de la Ribera de Curtidores), mais si on veut échapper à cette dense foule pendant quelques minutes, il suffit d'emprunter une petite rue ou ruelle perpendiculaire. Le marché se poursuit dans ces rues, mais en version réduite. Claustrophobes s'abstenir, car je crois que même les plus gros marchés de Londres n'ont pas une foule aussi imposante:El_Rastro

                                                                                    [El Rastro]

Comme Madrid a une énorme superficie, il est donc normal qu'on y retrouve plusieurs quartiers différents, éparpillés un peu partout. Malheureusement, nous n'avons pas pu tous les voir, mais nous sommes quand même allés nous promener hors du centre. Nous nous sommes rendus au Parque del Oeste où nous avons pris un téléférique qui nous a menés à la Casa de Campo, un énorme espace naturel de 1 740 ha qui était l'ancienne chasse royale. Les jours d'été, cet endroit doit être génial. C'est une petite oasis en ville, mais sans la folie urbaine. Le téléférique nous offre aussi une belle vue de Madrid qui est dure à trouver autrement, car la ville est si étendue:

Vue___bord_du_Teleferico

Ils sont nombreux, les autres quartiers où nous n'y avons que mis les pieds l'espace d'un court moment, mais que nous avons tout de même aimés. Il y a Malasaña, un ancien quartier hippie où la Movida a pris son essor; il y a aussi Chueca, un quartier à l'origine surtout gai, mais aujourd'hui, probablement le quartier le plus en vue de Madrid, là où on retrouve les meilleures tables et bars; on retrouve aussi Salamanca, un quartier chic aux grands magasins; et surtout, il y a la puerta del Sol, le quartier où était situé notre hôtel. Celui-là, on a eu la chance de le visiter de fond en comble, de jour comme de nuit (j'y reviendrai dans le message suivant).

Quand le soleil se couche sur Madrid, le vrai fun commence...

Posté par melodie1974 à 18:52 - Chroniques espagnoles - Commentaires [5] - Permalien [#]

Commentaires

    On sent presque les rayons de soleil dans ton billet Elle semble belle, cette Madrid ! J'ai vu Barcelone et tu me donnes le goût de remettre les pieds en Espagne ... Ah ! Quelle chance tu as !

    Posté par Geneviève, 25 février 2007 à 17:25
  • Vraiment, l'architecture, en Espagne, c'est quelque chose. Et Madrid semble plus impressionnante que Barcelon à cet effet, ce qui n'est pas peu dire! Et dire que vous avez passé 5 jours à Madrid sans pouvoir la visiter de fond en comble, c'est vraiment plus grand que ce que je pensais. Merci pour ce beau compte rendu, Mélodie.

    Vous lisez l'espagnol, mes petits polylottes?

    Posté par Caroline_Londres, 25 février 2007 à 20:16
  • *polyglottes -- ça doit être le porto portugais qui me fait perdre mon orthographe!

    Posté par Caroline_Londres, 25 février 2007 à 20:16
  • Madrid

    allo Mélodie, 15 novembre au lieu de 15 février,mais le compte rendu est vraiment superbe comme toutes les chroniques. Nous voyageons en même temps que vous deux en restant bien au chaud

    Posté par cloclo, 25 février 2007 à 23:08
  • Geneviève: c'est vrai qu'on est chanceux. On en profite au max pendant qu'on est ici. On adore faire des découvertes.

    Caroline: GG baragouine l'espagnol et moi, je me débrouille assez bien, sauf quand c'est trop technique. Toi aussi, avec quelques verres de porto de plus, tu le parlerais très bien

    Clo: Merci d'avoir noté. J'ai changé la date!

    Posté par Mélodie, 26 février 2007 à 16:20

Poster un commentaire