Les humeurs de Mélodie

Chroniques diverses d'une Québécoise en Angleterre revenue au Québec et vivant à Aylmer.

09 juillet 2007

Virée en région néerlandaise

C’est toujours plaisant de visiter les grandes villes pour quelques jours, car c’est souvent là qu’on retrouve le plus de musées ou d’activités. Mais pour nous, un voyage ne serait pas complet sans découvrir les régions avoisinantes, parfois plus rurales. Lors de notre séjour aux Pays-Bas, nous savions que nous allions passer deux jours à Amsterdam, mais nous voulions aussi explorer la région. Notre premier arrêt, un peu inhabituel, fut La Haye. J'imagine déjà votre réaction… "Pourquoi La Haye? Ce n’est que du béton, qu'une région administrative, non?" C’est ce que je pensais aussi, mais comme un ami de GG travaille pour l’OTAN là-bas, nous avons décidé d’y passer une journée.

La_Haye___SculptureSituée à environ une heure de train d’Amsterdam, La Haye, au premier coup d’œil, est très moche. Du béton, des viaducs, de l’architecture sans âme. Mais une fois passés ce premier quartier peu attrayant, on entre dans une ville tout à fait européenne: rues piétonnières en pierre, immeubles imposants et impressionnants (le musée Mauritshuis, le palais huis ten Bosch, le Binnenhof), et surtout, ce petit plus que chaque ville d'Europe essaie d'offrir pour se démarquer: ici, ce sont des statues et des sculptures. La reine Beatrix des Pays-Bas, qui habite le palais huis ten Bosch à La Haye, affectionne particulièrement cet art. Chaque année, elle est présente au festival des sculptures en plein air de La Haye et elle a aussi subventionné des œuvres d’art qui se retrouvent partout dans la ville. Au détour d’un coin de rue, immanquablement, vous retrouverez une sculpture (comme celle de gauche).

Notre séjour à La Haye fut assez court, et nous avons visité sans visiter. Nos merveilleux guides, Jason et Sarah., deux Canadiens qui habitent à La Haye depuis plus de trois ans, nous ont conduits à pied, puis en auto, dans les petites rues de la ville, devant les grands édifices et même jusqu’à la mer! Car oui, il y a une mer et même une plage à La Haye. L’eau est froide (c'est la mer du Nord), mais le sable est tout blanc, tout doux. Donc, pas de visites officielles en ville, mais du bon temps à regarder les gens vivre et à goûter à des spécialités du coin. Un changement d'opinion complet en ce qui a trait à La Haye: avant d’y mettre les pieds, j’avais de forts préjugés sur la ville, et maintenant, je crois qu’elle en vaut vraiment le détour.

Delft___Stadhuis_2Après cette petite virée à La Haye, nous sommes partis vers Delft (à environ 20 minutes de La Haye), petite ville que je rêvais de visiter depuis que j'avais lu Jeune fille à la perle (et vu le film), livre dans lequel on parle du peintre Vermeer et de l'histoire (fictive) entourant son fameux tableau de la jeune fille à la perle. (Pour voir ses toiles, ici). Après avoir idéalisé cette ville, je ne pouvais qu’être déçue, non? Faux! J’ai été conquise. Même GG a adoré cette petite ville presque inchangée depuis des siècles. Il n’y a pas beaucoup de choses à faire à Delft, mais on aime y être et y passer du temps. Chaque rue nous arrache des Ho! et des Ha! Nous avions rarement vu une ville aussi coquette dans tous nos déplacements.

Delft___Oude_Kerk_2Tout est beau. Tout est fascinant et tout recèle d'histoire. Il y a les églises: la Oude Kerk (vieille église) à la tour penchée, érigée vers l'an 1200, où repose Johan Vermeer, ainsi que la Nieuwe Kerk (nouvelle église) à la flèche effilée, église gothique érigée au 14e siècle où fut assassiné Guillaume le Taciturne. C'est là qu'on retrouve la crypte familiale de la famille royale de Guillaume 1er d’Orange. Il y a aussi les Markt, ces places centrales qui étaient autrefois des marchés de viande, de poisson, de fruits et de légumes. Il y a le Prinsenhof, un palais aujourd'hui reconverti en musée municipal, où on tenta d’assassiner Guillaume 1er d’Orange. Il y a un moulin, of course. Il y a un nombre incalculable de canaux et de ponts. Il y a des arbres en fleurs (bon, on était au printemps). Il y a de nombreux magasins et ateliers où on retrouve de l’authentique faïence bleue de Delft encore faite à la main. Il y a de bons restaurants et de bons bars. De tout pour être heureux.

 

Inutile de dire que nous avons adoré Delft. Nous avons aimé notre hôtel, le Soul Inn, un petit B&B où tout a été décoré à la mode des années 70. Nous avons aimé le tout nouveau Vermeercentrum où nous avons pu en apprendre plus sur le peintre, sur son œuvre et sur sa vie à Delft. Nous avons aimé Jill’s, un restaurant qui fait de la haute gastronomie avec des ingrédients du coin et pour un prix très décent. Et finalement, nous avons tout simplement adoré le Locus Publicus, un bar à bières enfumé où les gens du coin jouent aux échecs et où les barmen connaissent leurs produits. Nous sommes tombés amoureux de la bière belge Dikke Mathile. Juste pour cet endroit, Delft vaut le détour!

VermeerDelft___Une_dame__crivant_sa_lettreLequel est vrai? Lequel est faux? Une des activités "pour enfants" du Vermeercentrum...

 

Posté par melodie1974 à 13:59 - Chroniques néerlandaises - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire