Les humeurs de Mélodie

Chroniques diverses d'une Québécoise en Angleterre revenue au Québec et vivant à Aylmer.

02 mai 2008

L'Islande urbaine

Islande_004Avant de vous parler de la chaude Sicile, laissez-moi vous parler de la froide Islande où GG et moi, accompagnés d'un couple d'amis, avons passé trois nuits au mois d'avril. Comme la saison touristique ne commence que le 1er mai en Islande, nous avons réussi à trouver un vol à très bon prix. (Reykjavik n'est qu'à 2h30 de Londres.) En plus, GG, cet agent de voyage hors pair, a trouvé un B&B qui offrait une nuitée gratuite si on réservait pour trois nuits. Et la cerise sur le gâteau, c'est que nous avons réussi à marchander avec IcelandAir et l'entreprise nous a gentiment remis quatre city cards qui nous donnaient accès au transport en commun à Reykjavik ainsi qu'à la plupart des musées de la ville. Vive les cadeaux! Et heureusement que nous en avons eu quelques-uns, car le coût de la vie est extrêmement élevé à Reykjavik, et à 74 couronnes islandaises le dollar canadien, il était presque impossible de faire des calculs rapides. "1 500 couronnes pour un hot-dog, vous dites? Mais combien ça fait, en canadien? Ah, tant pis, on verra quand le compte de carte de crédit arrivera." Et c'est vraiment à ce moment-là qu'on verra combien notre séjour nous a réellement coûté, car nous avons passé trois jours en Islande, mais nous n'avons pris aucune couronne islandaise entre nos mains. Les Islandais sont les rois du plastique. Même au marché aux puces, on paie avec la carte.

Avant de partir explorer l'arrière-pays, nous avons visité Reykjavik, la capitale la plus au nord. La ville d'environ 120 000 habitants (200 000 avec les banlieues) est peut-être bien reculée et plongée dans le noir une bonne partie de l'année, mais son offre de restos et de magasins à la mode ferait honte à plusieurs plus grandes capitales. Ils sont à la mode, les Islandais! Un beau mélange d'européen et de nord-américain. Le meilleur des deux mondes, quoi!

Alors, ça ressemble à quoi, une journée à Reykjavik? À ce qui suit:

9h: Déjeuner au B&B. Buffet scandinave où on retrouve pains et craquelins, fromages et viandes froides, yogourt, confitures, céréales, jus et divers fromages à tartiner un peu étranges: poivrons rôtis, champignons, jambon, crevettes... Pas mauvais du tout, mais un peu bizarre le matin...

Islande_00210h: Départ vers le centre-ville avec arrêt à l'église Hallgrims, une cathédrale en béton. Nous avons pu grimper dans sa flèche et avoir une magnifique vue sur la ville (photo tout en haut).

10h30: Promenade dans le petit, mais mignon et sympathique centre-ville historique où quatre adultes avec quatre cartes différentes (i.e. nous) essaient de trouver le chemin pour se rendre au Musée national d'Islande. Trop d'information, c'est comme pas assez...

Islande_00811h: Direction Musée national en passant par le joli étang Tjörnin bordé de gens qui courent et placotent, de statues sympathiques et de canards nordiques.

11h30-13h: Musée national d'Islande, un musée presque flambant neuf, où l'histoire de l'Islande nous est racontée en ordre chronologique à travers tableaux, objets, expositions, multimédia, etc.

13h: Retour en ville où nous partons cette fois à la recherche des best hot dogs in the universe! Ce n'est pas moi qui l'ai dit, c'est mon livre ainsi que Bill Clinton et les gars de Metallica. Ils étaient en effet très bons: bacon et oignons frits, saucisse, moutarde et sauce jaune-beige non identifiée. (En passant, à la bicoque à hot-dogs, on paie avec le plastique...)

DCP_051314h: Direction le Perlan, un immeuble remarquable et remarqué, où se trouve le Musée des sagas (où nous ne sommes pas allés), un restaurant hors prix et un hall aux expositions. Lors de notre passage, c'était la journée de l'environnement, et des exposants y étaient et essayaient de vendre leurs produits à des commerçants. Nous n'avons pas osé voler un verre de champagne, mais nous sommes repartis avec des bonbons noirs non identifiés, des stylos et des sacs à recyclage. Vive les cadeaux!

collage15h: Zoo. Oui, on est allés au zoo. C'est que notre city card nous y donnait accès. Zoo est un bien grand mot, car ça ressemble plus à une ferme: poules et coqs, vaches et cochons, moutons et chèvres, mais quelques phoques, des rennes et des renards blancs. Et surtout, un terrain de jeux où nous nous sommes amusés comme des petits fous...

17h: Retour à l'hôtel pour une sieste. C'est que c'est fatiguant, s'amuser.

19h: Apéro dans la chambre de nos amis qui, en bons Écossais, avaient emporté avec eux du whisky.

20h30: Souper au très touristique, très cher, mais très bon Laekjarbrekka, un restaurant de cuisine islandaise où les festins sont à l'honneur: "puffin feast, lamb feast, seafood feast, lobster feast". Mais attention! Ce que l'Islandais appelle "lobster" n'est pas un homard, mais une langouste. Très bonne, mais pas le homard qu'on connaît...

23h: On déboule jusqu'à l'auberge, car on a trop mangé. Au prix que ça coûtait, on ne pouvait pas laisser une miette.

Posté par melodie1974 à 06:00 - Chroniques islandaises - Commentaires [3] - Permalien [#]

Commentaires

    Je suis troooop jalouse

    Posté par Marie, 04 mai 2008 à 04:42
  • Hehe merci pour le récit !
    Quant à moi, le voyage estival islandais est tombé à l'eau, quelque part dans un geyser ... mais ce n'est que partie remise, alors je garde précieusement tes informations
    PS: Vive le homard gaspésien hihi

    Posté par Geneviève, 06 mai 2008 à 00:39
  • Dommage pour ton voyage, Geneviève. Attends de voir l'Islande rurale (dans un billet près de chez vous très bientôt )

    Marie, l'Université de Reykjavik a un assez important programme de linguistique, si je me souviens bien. Tu pourrais peut-être aller y présenter quelque chose un jour

    Posté par Mélodie, 12 mai 2008 à 17:21

Poster un commentaire